zoothérapie

Nouvelles idées d'interventions et un cadeau pour vous !

Cover article 1 FDMT.jpg

Nous y revoici !

Vous avez beaucoup apprécié les articles précédents à propos des idées d’interventions et comment vous pouvez adapter certains jeux pour la maison. Je m’adresse bien sûr aux zoothérapeutes, mais également aux autres intervenants et aux parents.

annonce fdmt.jpg

Vous l’avez sans doute vu passer en début de mois, j’amorce avec ce premier article un super partenariat avec FDMT pendant la prochaine année. Oui, cette fantastique boutique spécialisée qui fait tant rêver, qui nous propose toujours des compléments d’articles pertinents et avec qui je suis donc, très honorée de collaborer! Et vous trouverez, à la fin de ce premier article, un SUPER cadeau pour célébrer ce partenariat!!!

Je tenterai d’aborder, aux fil des articles, des jeux et outils qui couvrent autant les émotions, la motricité, et le langage chaque fois. N’hésitez pas à me laisser vos suggestions de jeux/outils que vous souhaiteriez me voir explorer.


Drôles de familles


Capture d’écran, le 2019-04-15 à 15.33.20.png

Il y a 7 familles, (comme le jeu très populaire), chaque famille est composée d’un grand-papa, d’une grand-maman, d’un papa, d’une maman, d’un garçon, d’une fille et d’un bébé. Le but du jeu, tel que décrit, est de rassembler le plus de familles ensemble. Comme vous le devinez, je ne joue jamais de la réelle façon avec aucun jeux puisque je me sers de ceux-ci pour atteindre divers objectifs lors des interventions. Avez-vous joué à ce jeu de la façon telle que décrite? Je veux vous entendre!

J’ai utilisé ce jeu avec grand bonheur avec plusieurs clientèles. La boîte contient les cartes illustrées de 7 familles comprenant 7 membres, des cartes étoiles pour mimer et d’autres questions pour approfondir, puis des cartes canevas vierges. J’adore les cartes vierges!! Je vous montre mes résultats de leur utilisation plus bas.


Avec les plus jeunes

 ptr

J’ai utilisé, avec Hermine et mon fameux (!!!) manteau d’intervention, les cartes pour associer les émotions pareilles (mais représentées différemment sur maman et bébé). La maman heureuse sur le manteau d’Hermine va avec quelle carte que le tout-petit avait dans ses mains. Association, généralisation des apprentissages, ils ont beaucoup aimé!

Vous pourriez faire la même chose en mettant les cartes du manteau dans un sac à dos sur votre animal ou encore dans une boîte, ou même les lui faire chercher à travers la maison. Ça bouge, c’est ludique, toujours gagnant!



Avec les jeunes du primaire

Comme vu sur la photo, avec les jeunes du primaire, Hermine portait les consignes d’interprétation de ces émotions. Beaucoup de fous rires lorsqu’un grand de 6e année devait interpréter un bébé qui boude!! Pour certains, ces interprétations étaient réellement « challengeantes »! À ma grande surprise également, très peu de mes jeunes savaient ce que voulait dire ‘‘bouder’’. Je doute que ce soit parce qu’ils ne boudent jamais… haha!


Clientèle adolescente avec déficience intellectuelle

Ici, avec ma belle lapine Simone, nous avons joué à pêche dans le lac (principe de la canne à pêche, et j’ai apposé des trombones sur les cartes étoiles pour les rendre aimantées). J’ai choisi les cartes à développement, les ados étaient tous verbaux. Ce fut réellement surprenant, la tendresse exprimée lors de cette séance. Chacun se permettait également de suggérer d’autres alternatives. Au lieu de répondre seul, chacun désirait donner sa réponse. De beaux moments!

Excellent également pour l’empathie, le développement d’idées, le langage, la projection dans le temps (passé/futur). L’enseignante était ravie! Oh, et pensez à plastifier vos cartes… Simone en a mangé une et certains cocos avec moins de motricité en ont fripé quelques-unes.

Les cartes vierges

 dav

Cette fois-ci, en classe de francisation, classe d’accueil de jeunes immigrants, nous avons abordé les émotions chez les animaux. Ressentent-ils de la jalousie?

Ressentent-il les mêmes émotions que les humains? Que pensez-vous de ces images, est-ce que ce chien est réellement triste, pourquoi dis-tu que celui-ci semble fâché?

Très intéressant de voir leur grand sens de l’observation lors de la lecture des comportements des animaux présents au fil des rencontres. Suite à ces apprentissages, ils s’auto-régulaient entre eux, d’instinct. « Allez, laisse-lui de l’espace, tu vois qu’elle ne se sent pas bien en ce moment, les énergies sont trop hautes. »

Wow, la zoothérapeute était pas mal fière!

Pour poursuivre l’encrage de ces apprentissages et de ce nouveau vocabulaire, j’ai laissé une photocopie agrandie de la carte vierge, leur demandant à chacun, pour la prochaine rencontre, de se dessiner dans l’émotion qu’ils ressentent le plus souvent. Je vous montre quelques exemples reçus.

 ptr

Très touchée de leur ouverture, honnêteté, candeur et enthousiasme à poursuivre la séance. Je crois que vous pouvez voir leurs origines et émotivité avec ces brefs esquisses. Vraiment, des interventions qui peuvent prendre vie dans divers milieux, bien au delà des règles générales énoncées à l’endos du jeu.


Le train des phrases

Capture d’écran, le 2019-04-15 à 17.00.31.png

Ai-je besoin de dire à quel point on aime d’amooouuurrr les jeux éducatifs Placote? Si vous ne connaissez pas encore, lâchez tout et courez les découvrir! Pour les autres, je me suis amusée avec le train des phrases ce mois-ci.

*On salue la diversité représentée dans les choix de petits personnages « chauffeur de locomotive » à faire avancer! On aime!

Très résistant et de bonne qualité, ce jeu est conçu pour les enfants de 3 à 5 ans qui ont un développement neuro-typique sinon pour tous âges! Mes clientèles avec déficience intellectuelle ou mes personnes âgées ont également beaucoup apprécié! Ne vous limitez pas aux âges inscrits sur les boîtes, jamais!

Dans l’optique de la stimulation du langage, le jeu propose d’allonger les phrases avec des compléments de lieu et de temps. L’enfant apprend par l’exemple. À force d’entendre des phrases plus longues, il pourra les construire et les utiliser par lui-même en spontané ensuite. Les situations loufoques introduites comme des anachronismes font bien sourire, petits et grands!



Roulettes de couleurs et cartes images associées

J’ai proposé uniquement les roulettes de lieux (vertes et bleues) aux personnes âgées avec démences, car ce niveau de complexité leur convenait selon mes observations. Des séances d’allongement de phrases pouvaient durer environ une quinzaine de minutes avec eux. Nous alternions ensuite avec quelque chose de plus physique, dynamique pour donner un temps de repos. Il en fut de même avec les tous petits. Assurez-vous de valider leur reconnaissance des saisons et fêtes proposées sur ces deux roulettes avant de commencer.

 dav


Avec les jeunes, ensuite, en augmentant le niveau de difficulté ou en poursuivant les apprentissages, les 4 roulettes pouvaient être laissées à choisir sans problème. J’ai dû (une fois), insister pour changer de roulette car mon coco était devenu un peu trop « expert » d’une roulette et ne voulait plus en changer (!!!).

Hihi, pas fou hein!

 dav

Chaque couleur de roulette (jaune, vert, bleu et mauve) possède 20 cartes-images. Pour les besoins de mes interventions et clientèles, je n’ai pas joué avec les cartes de consignes tel que « recule de trois cases », etc. De même que pour certaines clientèles, je ne me suis pas servie de la planche de jeu du train à conduire sur laquelle les petits personnages avancent.

Capture d’écran, le 2019-04-15 à 17.24.23.png

Les cartes-images d’action

IMG_20190415_062252_331.jpg

Avec les 3 à 5 ans

Parcours avec le chien (bonjour Welcome ici sur la photo) : les petits passaient également dans le tunnel après le chien (!!!) et devaient décoller une carte-image pour ensuite tourner la roulette à la sortie du tunnel pour la création de leur phrase. Les plus habiles choisissaient de mimer les actions avant de nous épater avec leur longue phrase. Pour une gradation réussie, pensez à regrouper les actions faciles ensemble, et ensuite les actions plus complexes. Exemple facile : boire un verre d’eau, puis plus complexe : La maman offre une boîte de chocolats au papa.

Pour les familles, vous n’avez pas de réel tunnel? Soit! Quelques chaises pour passer dessous, un manche à balai pour enjamber, et 3 chaudrons pour faire un « slalom » feront amplement l’affaire!

Courses de vitesse

J’ai collé, à l’aide de velcros, les roulettes sélectionnées (ici vertes et mauves) au mur et les jeunes devaient courir piger une carte-image à un extrémité de la salle (dans l’enclos du cochon d’inde), réussir le « slalom »/parcours à obstacles, et venir tourner la roulette avant que Sissi (le cochon d’inde) n’ait fini son morceau de salade.

C’est comme les renfos avec la bombe, mais version vivante! Beaucoup de petits cris se sont faits entendre!

IMG_20190420_120943.jpg

*Hahaha, l’image est trompeuse : les roulettes ne sont pas si grandes, c’est ma belle Mimi qui est petite!

Mimi, en bonne joueuse, participe avec son manteau d’intervention où la roue est apposée. Comme elle sait rester calme lorsque demandé, le jeune arrive à tourner la flèche avant son prochain mouvement. Ce qui aurait été, disons, plus sportif avec la belle Hermine qui ne cesse de bouger!! À la maison, pour ajouter du plaisir et du mouvement, piger une carte-image, tourner la roulette et demander à l’enfant d’aller dans la pièce sélectionnée (dehors dans la cour, dans la cuisine) avant de formuler sa belle longue phrase. Les jeunes rigolent aussi beaucoup lorsque les phrases sont impossibles, par exemple : La fille fait du patin dans la cuisine!


IMG_20190420_122024.jpg

Toujours avec Sissi le cochon d’Inde, on cache dans les petites maisons dans l’enclos les cartes-images, et selon ses envies de grignoter, c’est elle qui décide quelle carte sera dans quel ordre. Puis, quand je vois que le coco commence à devenir un peu fatigué, je tente toujours une petite performance… Les phrases nous font grandir, alors regarde moi pousser pendant que tu allonges tes phrases!

Rares sont les cocos qui ne s’y mettent pas avec moi! Une belle façon de conclure joyeusement une intervention en les maintenant en situation de réussite et motivés!

Puis, à la maison, au moment de la collation, pourquoi ne pas en profiter pour séparer le goûter selon les paquets de cartes-images, la motivation du ventre ne ment jamais! Hihihi!


J’ai également fais des séances de stimulation langage en zoothérapie avec ma tourterelle rieuse Lou. Difficile un peu à voir sur cette photo (elle est sur sa cage de transport, au sol et les enfants la caressent doucement en récompense après chaque phrase). Les cartes-images sont placées autour d’elle, avec des récompenses sur chacune des cartes. Lou nous indique quelle carte choisir. L’émerveillement des petits au contact de ma tourterelle était sans précédent! On apprécie mon expressivité sur cette capture. Je l’ai combinée à un autre jeu qui demandait de nourrir les bébés oisillons de Lou ;)

20190418_093456_resized-2.jpg

Puis, dans la catégorie « OMG j’y crois pas c’est trop génial… », celles et ceux qui me connaissent bien, vous savez mon amour infini pour les bulles de savon en début et fin d’intervention… celles-ci :

Oui!!!!! Vous avez bien lu! Des bulles de savon parfumées aux baies bleues de Jelly Belly! Le système de monte-descend de la baguette à souffler peut être quelque peu difficile à exécuter pour les touts-petits, mais avec une démonstration, fini les doigts qui farfouillent au fond de la bouteille pour la fichue baguette, et que dire de l’odeur! Sans tomber sur le cœur, elle rend les séances de bulles (excellentes pour les praxies et les muscles du visage-bouche) encore plus amusantes!! Les cocos et plus grands ont grandement apprécié!


Je vous avais annoncé un cadeau pour vous… nous y voici enfin !

Au bout du museau en partenariat avec FDMT vous offrent 10% de rabais.png

Pour tous vos achats en ligne (et pas uniquement sur les jeux décrits dans l’article en question), pour toute l’année, en inscrivant en code promo Zoothérapie, vous recevrez 10% de rabais!!!

Danse de la joie!

N’hésitez pas à me communiquer vos besoins, questions et commentaires. Je serai ravie de vous offrir plus d’idées d’adaptation, tant pour les familles que pour les zoothérapeutes. Bonnes explorations!

Zoothérapeutiquement vôtre,

Audrey Desrosiers

Sécuritaire la zoothérapie ?


joey-banks-490616-unsplash.jpg


C’est la question que se posent plusieurs personnes qui, un jour ou l’autre, entendent parler de la zoothérapie. Et d’autant plus si elles sont directement ou indirectement touchées par cette approche. Car, des risques, il y en a. Mais il y a aussi toute une série de mesures pour les prévenir, ainsi que des règles d’éthique et de déontologie pour encadrer cette pratique.

Lorsque l’on comprend les bénéfices possibles de la zoothérapie, il est tout naturel de se questionner sur les risques qui peuvent être encourus et les moyens pris par l’intervenant en zoothérapie pour les prévenir et les gérer.



En effet, on ne peut négliger les risques de blessures, de morsures, d’allergies, de comportements agressifs, de zoonoses (maladies transmissibles de l’animal à l’humain et vice-versa), d’attachement entre le client et l’animal, etc. On pense beaucoup au client quand on parle de tels risques, mais ceux-ci s’appliquent également à l’intervenant en zoothérapie ainsi qu’à l’animal partenaire.

L’intervenant en zoothérapie doit mettre en place un cadre garantissant une certaine sécurité pour tous dans sa pratique. Ceci comprend, entre autres, la compétence et la formation de l’intervenant et de son animal partenaire, les assurances de responsabilité civile et professionnelle, un protocole en cas d’incident ou d’accident, la sélection des participants, la sécurité des milieux où est pratiquée la zoothérapie, un code d’éthique.



Il est primordial que l’intervenant connaisse très bien son animal partenaire; qu’il reconnaisse ses signaux de stress et d’apaisement; qu’il comprenne ce que l’animal lui transmet comme message; qu’il puisse prédire ses comportements. Ainsi, bien des situations fâcheuses peuvent être évitées. Concrètement, cela signifie que l’intervenant choisit avec soin son animal partenaire en s’assurant qu’il est socialisé, équilibré et mature. L’animal est suivi de près par son vétérinaire et il a reçu tous les vaccins. Il est propre et sa présentation est soignée. Bref, l’intervenant doit s’assurer que son animal partenaire est en bon état de santé physique et psychologique. C’est sa responsabilité d’être prévenant quant aux besoins de son animal et de le préserver des risques. C’est aussi la responsabilité de l’intervenant d’établir clairement, auprès de l’établissement pour lequel il travaille, son protocole de gestion de risques et de l’arrimer avec ce qui se fait dans l’établissement, par exemple la marche à suivre en cas d’incident. Il doit intervenir dans le respect de la philosophie, des valeurs et des règles d’éthique de l’établissement.



jacob-curtis-339119-unsplash.jpg



De plus, il doit mettre en œuvre les mesures nécessaires, en éduquant et en informant le personnel et la clientèle du milieu, pour que sa propre approche soit respectée dans sa globalité (règles de sécurité par rapport à l’animal, respect des limites du contrat, etc.). L’important est de se souvenir qu’il faut trouver l’équilibre acceptable pour chacun entre risques et sécurité. Car un risque bien géré est propice à l’ouverture, aux changements et à la croissance pour chacun des acteurs.


Il faut noter que la profession de zoothérapeute, ou plutôt d’intervenant en zoothérapie, n’est pas un titre protégé, elle n’est régie par aucun ordre professionnel ni aucune association. Plusieurs écoles privées offrent une formation en zoothérapie. Une seule formation au Québec est reconnue par le Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, il s’agit de l’attestation d’études collégiales (AEC) Stratégies d’interventions en zoothérapie offerte par le Cégep de La Pocatière .

kenan-kitchen-1136827-unsplash.jpg


La zoothérapie est souvent pratiquée par des professionnels en relation d’aide qui ont ajouté la zoothérapie à leur champ de compétences en suivant une formation, d’où l’importance de s’assurer et de bien vérifier la formation de base de l’intervenant et voir s’il appartient déjà à un ordre professionnel (ex. : ordre professionnel des travailleurs sociaux, psychologues, ergothérapeutes, physiothérapeutes) ou à une association (ex. : éducateurs spécialisés) dans le domaine de la relation d’aide. Dans ce cas, sa pratique est régie préalablement par son ordre professionnel ou son association. Ce qui signifie que sa pratique est balisée par un code d’éthique et de déontologie qui agit dans un cadre légal et qu’il possède des assurances de responsabilité civile et professionnelle.

Ainsi, il est tenu à la confidentialité et au secret professionnel. De plus, certains intervenants en zoothérapie ont mis sur pied leur propre code de déontologie pour leur entreprise. Dans tous les cas, les intervenants en zoothérapie doivent respecter le code de déontologie de l’établissement où ils offrent leurs services. Également, lorsqu’on parle de zoothérapie, on parle bien sûr d’animaux. En tout temps, l’intervenant doit tenir compte des considérations éthiques envers son animal partenaire.

L’intervenant en zoothérapie ne veut pas d’un animal-robot. Il veut un animal qui a de vrais comportements animaliers naturels, ce que l’on appelle l’autodétermination, car c’est cela qui permet d’être vraiment aidant avec une personne en besoin. L’intervenant en zoothérapie vise une collaboration réelle, une inclusion de tous les acteurs dans la relation et pour cela, le rôle et la considération de l’animal ne doivent pas être de second ordre.

Dans les faits, ces considérations éthiques envers l’animal peuvent se manifester de différentes façons, en voici quelques exemples : un suivi vétérinaire régulier, l’animal partenaire ne doit pas présenter de douleurs ni de blessures, il doit prendre des pauses, il doit être respecté dans ses décisions, il doit être protégé de l’abus ou du danger lié à la clientèle, etc. L’animal est un être sensible et intelligent, il doit être considéré comme tel tant par l’intervenant que par les clients. C’est le travail de l’intervenant d’éduquer sa clientèle au respect de l’animal. Bref, l’animal doit aussi y trouver son compte, c’est un partenaire, ne l’oublions pas!



Source: Tous ces textes sont tirés de La zoothérapie, sous tous ses poils, dont les auteurs sont Marie-Ève Bernier, Nathalie Beaudin, Maryse Perreault, Joannie Bouliane-Blais, Caroline Charron-Laporte, 2011 – Tous droits réservés ©

Au coeur de la profession de zoothérapeute

La zoothérapie existe depuis des décennies, mais elle demeure tout de même une approche méconnue. Plusieurs mythes continuent d’être véhiculés sur le sujet. Par exemple, certaines personnes pensent qu’il ne s’agit pas d’une intervention structurée et que la zoothérapie n’a pas fait ses preuves!


Or, contrairement à la croyance populaire, la zoothérapie ne correspond pas à des visites animalières. En effet, la zoothérapie va beaucoup plus loin que le simple fait d’amener un animal dans un foyer pour personnes âgées. En zoothérapie, notamment lorsque l’on parle de thérapie assistée par l’animal (TAA), il existe un cadre d’intervention. L’intervention doit être planifiée et elle nécessite une implantation rigoureuse mise en place avec les professionnels du milieu. Le professionnel formé en zoothérapie suivra un processus d’intervention et devra respecter des étapes précises.


FullSizeRender_1.jpg



Tout d’abord, il recueillera des données, par exemple par le biais d’entrevues ou d’observations afin de cerner les forces, les limites et les besoins du client. Suite à cette cueillette de données, il établira un bilan biopsychosocial du client. C’est d’ailleurs grâce à cette analyse qu’il planifiera l’intervention et qu’il ciblera un but et des objectifs d’intervention. Conséquemment, il réalisera, avec la collaboration de l’animal sélectionné, l’intervention auprès du client.


Finalement, il évaluera les résultats de cette intervention. Il est également important de mentionner que chacune des étapes du processus d’intervention est documentée. Bref, l’intervention détient une visée thérapeutique et nécessite un travail laborieux et planifié qui correspond à une intervention structurée.

IMG_3239.JPG



Concernant les recherches scientifiques sur la zoothérapie, il est vrai qu’il en existe peu et que celles-ci sont plutôt récentes. Cependant, plusieurs recherches, notamment les recherches cliniques, soulignent les bienfaits des animaux chez les humains. Par exemple, pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, les recherches démontrent des bienfaits sur le plan social et sur le plan cognitif. Ainsi, les chercheurs remarquent que l’animal facilite le langage non verbal auprès de cette clientèle. Par exemple, les chercheurs notent qu’il y a augmentation des regards, des contacts tactiles, de la fréquence et de la durée des sourires, etc.

IMG_6785.jpg



De plus, on remarque que les animaux sont associés à une notion d’éveil et de souvenirs chez cette clientèle. Conséquemment, ces souvenirs seront en lien avec la mémoire ancienne et cette mémoire, dite réactive, aura des répercussions positives au plan cognitif. Bref, ce ne sont que quelques exemples des bienfaits des animaux en contexte d’intervention, mais de multiples effets tant au point de vue biologique, psychologique ou social sont remarqués, et ce, pour différentes clientèles.


Et que se passe-t-il lors d’une intervention de zoothérapie?

Tout d’abord, l’intervenant va planifier une intervention qui tient compte des besoins du client. L’animal, lui, sera un partenaire lors de l’intervention. Par exemple, lorsque l’on travaille les habiletés sociales d’un enfant ayant un trouble envahissant du développement (TED), l’animal va venir encourager les apprentissages du jeune. Les interventions en zoothérapie sont souvent simples et concrètes. Ainsi, dans le cas de l’enfant ayant un TED, un objectif pourrait être que l’enfant salue deux personnes lors de sa marche de 15 minutes avec le chien, dans le parc. C’est une activité qui est simple, mais qui prend tout son sens dans l’intervention et qui permet à l’enfant de travailler ses habiletés sociales de façon amusante. Il est également important de mentionner que les interventions s’effectuent sur une fréquence prédéterminée.

En effet, il est essentiel d’avoir un certain suivi de l’intervention afin de faciliter l’atteinte des objectifs thérapeutiques. Bref, les interventions doivent être significatives pour le client, elles doivent faire sens pour lui. Elles sont également toujours en lien avec l’objectif ciblé. Par exemple, pour pratiquer la motricité fine d’un enfant, l’intervenant pourrait demander à l’enfant de nourrir le chien, d’attacher son collier, de lui lancer un os, etc. Même les plus petites stratégies peuvent avoir de grandes répercussions dans le développement de la personne.


Est-ce que l’intervenant documente ses interventions?

Oui, assurément, il est essentiel que les étapes du processus d’intervention soient documentées pour assurer un suivi adéquat de la personne en besoin et lui fournir une aide significative. D’ailleurs, pour que le professionnel puisse établir un plan de service individualisé ainsi qu’un plan d’intervention pour la personne en besoin, il devra tenir compte et analyser des données recueillies auprès de la famille, des aidants naturels, du médecin, du spécialiste, de l’éducateur ou de toute autre personne entourant le client. Mais ça ne s’arrête pas là!

Comme il a été mentionné précédemment, les observations de l’intervenant faites au cours des séances de zoothérapie seront aussi documentées dans un rapport d’intervention. Ce rapport inclura également la planification de l’intervention et relatera les actions réalisées lors des séances de zoothérapie. Les réussites obtenues, les difficultés rencontrées et les résultats des activités proposées seront aussi comptabilisés. Finalement, ces données permettront d’évaluer les résultats d’intervention qui seront inscrits au dossier et de valider le plan d’intervention et la planification des interventions de la personne en besoin.


Existe-t-il uniquement des professionnels formés en zoothérapie?

Non, puisqu’il y a également des individus formés en zoothérapie, mais qui, de par leur profil d’intervenant, ne font pas partie d’un ordre professionnel et ne sont pas identifiés comme professionnel ou paraprofessionnel. Ces intervenants en zoothérapie n’établiront pas le plan d’intervention en soi, mais ils pourraient collaborer avec l’équipe multidisciplinaire de façon à adapter les objectifs d’intervention. L’intervenant en zoothérapie planifiera son intervention en intégrant son partenaire animalier et en tenant compte des besoins du client. Il réalisera les activités assistées par l’animal.


Avec qui collabore le zoothérapeute alors?

Le zoothérapeute peut effectivement travailler au sein d'une équipe multidisciplinaire. Il collabore alors avec les professionnels ou les paraprofessionnels tels que psychologue, ergothérapeute, psychoéducateur, travailleur social, orthopédagogue, éducateur spécialisé, etc. Il travaille avec l'animal sélectionné bien sûr, et tous les intervenants liés à son bien-être. On parle ici entre autres du vétérinaire, du gardien de l’animal, de l’éducateur animalier, etc.

« L’animal, lui, sera un partenaire lors de l’intervention. » « L’animal en zoothérapie est évalué au préalable, puis sélectionné en fonction de l’intervention à réaliser en considérant les besoins spécifiques du client. » Enfin, il consultera d’autres partenaires tels que la famille, les aidants naturels ou les proches signifiants selon l'âge et les besoins du client.


Mais y a-t-il des risques de blessures ou de transmission de maladies?

En premier lieu, rappelons que l’intervenant en zoothérapie formé possède les compétences requises non seulement en relation d’aide, mais également en comportement animal. Il saura aussi gérer l’environnement où l’intervention aura lieu de façon à rendre sa pratique sécuritaire et sécurisante pour son client en présence de son partenaire animal. Cela signifie entre autres que le zoothérapeute saura reconnaître les signes de stress et comprendre l’animal pour ainsi prédire ses comportements et, au besoin, le retirer de l’intervention. Il est aussi très important de mentionner que l’animal en zoothérapie est évalué au préalable, puis sélectionné en fonction de l’intervention à réaliser en considérant les besoins spécifiques du client.

Dans ce contexte, les animaux démontrant des comportements à risque sont éliminés de la pratique de la zoothérapie. L’intervenant en zoothérapie a aussi le devoir de s’assurer que cet animal sélectionné soit suivi de façon régulière par un vétérinaire et que tous les moyens servant à prévenir les zoonoses soient mis en place. Cela inclut la vaccination de l’animal, un bilan annuel, etc. Il faut aussi comprendre que toutes les maladies ne sont pas des zoonoses, c’est-à- dire une maladie transmissible entre espèces différentes. Il est important de faire cette distinction, et aussi de rappeler que d’autres maladies propres à l’humain sont à surveiller puisqu’elles pourraient être transmises du fait que l’animal sera possiblement en contact avec plus d’une personne en besoin le même jour.

Ainsi, le zoothérapeute, dans sa pratique professionnelle, devra également veiller à l’hygiène du client en lui demandant, par exemple, de se laver les mains. Il devra également faire en sorte d’éviter tout contact de l’animal avec une personne ayant par exemple une grippe, une conjonctivite ou une gastroentérite. Par de tels moyens, les risques liés aux blessures et à la transmission de maladies sont véritablement minimes et il n’y a pas lieu que la personne en besoin s’inquiète à ce sujet.


Afin de faire preuve de professionnalisme, quelles sont les compétences à développer pour être un zoothérapeute accompli?

Dans un premier temps, un zoothérapeute doit faire preuve de sensibilité, démontrer de bonnes capacités d’observation tout en étant respectueux, discret et bienveillant. Il doit également avoir la capacité de reconnaître son rôle au sein de la dynamique intervenant-client-animal ainsi que ses habiletés et ses limites. À cela s’ajoutent des compétences particulières.

Celles-ci sont développées à partir d’une connaissance approfondie de la zoothérapie et de ses éléments connexes, à partir d’un savoir-faire éprouvé et d’un savoir-être dénotant une attitude empathique, une bonne capacité d’écoute et de discernement. Les compétences que l’intervenant en zoothérapie doit développer ne se limitent pas qu’à l’intervention. Elles incluent également la promotion de la zoothérapie, la gestion de risque, la capacité de transiger avec divers partenaires, le comportement animalier et bien d’autres encore.



Source: Tous ces textes sont tirés de La zoothérapie, sous tous ses poils, dont les auteurs sont Marie-Ève Bernier, Nathalie Beaudin, Maryse Perreault, Joannie Bouliane-Blais, Caroline Charron-Laporte, 2011 – Tous droits réservés ©

La zoothérapie cette inconnue

Les relations humain-animal font partie de la réalité humaine depuis des millénaires, de la Grèce antique au Moyen Âge, du York Retreat d’Angleterre (1792) aux établissements américains (1919 et 1972), des études de Boris Levinson dans les années 50 à nos jours… comment conçoit-on aujourd’hui cette relation humain-animal dans un cadre de relation d’aide, telle que nous l’apporte la zoothérapie?


5085l.jpg


La zoothérapie, née des études de Boris Levinson dans les années 50 et telle que nous la connaissons aujourd’hui, s’inscrit désormais au Québec parmi les sources de relation d’aide accessibles à toute personne en besoin. Elle repose particulièrement sur une triade composée de la présence de la personne ayant un besoin et en recherche d’aide, de l’intervenant en zoothérapie et de l’animal sélectionné à cet effet. De plus, divers savoirs sont requis pour mettre en place une telle triade, soit des connaissances particulières en relation d’aide et en relation animalière, un savoir-être, d’ailleurs essentiel à tout intervenant œuvrant en relation d’aide, et un savoir-faire particulier permettant à l’intervenant d’agir en triade vers les objectifs fixés.



ruby-schmank-642221-unsplash.jpg



Dans le contexte offert par la zoothérapie, cette triade devient un espace protégé, sécuritaire et sécurisant. L’humain à travers l’animal présent parlera de soi, se dévoilera, s’affirmera et se livrera dans ses interactions avec l’animal, en fonction de sa perception de l’animal et de son rapport à ce dernier. Il créera des liens et développera une relation avec cet animal. Il prendra contact avec l’autre dans ce qu’il a de similaire. Au même moment, cet animal sélectionné saura refléter par son comportement ou sa réaction spontanée, ces émotions qui habitent l’humain face à lui.



Appuyé par l’intervenant en zoothérapie, dans ce processus dont l’animal fait partie intégrante, l’humain apprendra sur lui-même, amorcera un changement vers l’atteinte d’objectifs précis établis au préalable, pour éventuellement généraliser ses nouveaux acquis à une expérience réelle dans son milieu de vie.



Pour ainsi dire, la présence de l’intervenant est essentielle. Cette personne formée en zoothérapie ajoute la dimension animalière à son intervention. En collaboration avec un professionnel du monde médical, elle saura adapter et réaliser l’intervention en ajoutant la dimension animalière à la thérapie. Elle a un rôle précis en intervention : lire la réaction de l’animal et l’interpréter en fonction de la difficulté de la personne en besoin. Son rôle en est aussi un de soutien visant à aider le client à trouver en lui les moyens ou les solutions pour d’abord gérer relation avec l’animal, ou encore répondre à ce dernier de façon adéquate, en vue d’un éventuel transfert de ses acquis relationnels vers ses relations avec l’humain dans son milieu de vie.

ionut-coman-photographer-502664-unsplash.jpg



Là où d’autres formes de relations d’aide n’arrivent pas à combler le besoin ou n’apportent pas de réponses suffisamment intéressantes, la zoothérapie peut aider la personne à nommer une difficulté, à l’apprivoiser et à la surmonter. Aussi, la zoothérapie s’adresse tant aux enfants en difficulté d’apprentissage qu’à l’adolescent ayant un trouble de comportement, à l’enfant ayant un trouble envahissant du développement (TED) ou un trouble d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H), à l’adulte en réhabilitation physique, en santé mentale ou auprès de la personne âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer, etc.

Il est important de souligner que, pour appuyer la personne en besoin au sein de la triade, en plus de l’intervenant et de l’animal, les partenaires de son milieu de vie jouent un rôle primordial. Il peut s’agir entre autres de l’équipe clinique composée du médecin, de l’infirmière, du psychologue, de l’ergothérapeute, du physiothérapeute, de l’orthophoniste et d’autres spécialistes de la santé. Se greffe aussi à cette panoplie de partenaires l’éducateur spécialisé, le professeur, le travailleur social, sans oublier le parent et tout aidant naturel, qui d’ailleurs sont les premières personnes concernées, mis à part la personne en difficulté.


13346624_10154207837799659_3185933008127075597_n.jpg


Ainsi, qu’il s’agisse d’une difficulté d’ordre affectif, social, cognitif ou physique, la zoothérapie peut aider. Elle s’exerce à l’occasion dans un cadre récréatif ou dans un cadre éducatif, et très souvent dans un cadre thérapeutique. Elle se compose d’activités assistées par l’animal (AAA) dont les bénéfices ont un impact indéniable sur la qualité de vie des participants ou de thérapies assistées par l’animal (TAA) qui se distinguent du fait qu’elles sont adaptées à la personne en besoin ou à la condition médicale de cette dernière.

Ces thérapies dirigées incluent des objectifs et des stratégies d’intervention visant l’amélioration des fonctions physiques, sociales, psychologiques, émotives et cognitives au sein d’un processus documenté. L’encadré indique toutes les nuances entre les AAA et les TAA. De plus, de par sa nature où l’interaction du client avec l’animal est encadrée, la zoothérapie se distingue de la visite animalière dont le seul but est de divertir.

De même, la zoothérapie se distingue du simple fait d’avoir chez soi une présence animale, puisque dans cette situation, aussi habile que l’animal puisse être à entrer en relation, il n’offre pas le soutien de l’intervenant aidant la personne à agir sur ses difficultés. La zoothérapie offre en fait d’autres avenues à la personne en besoin pour surmonter ses difficultés dans un cadre sécuritaire et sécurisant. Elle valorise le développement des relations humaines et du savoir-être à travers la relation humain-animal, une relation qui se veut saine, équilibrée et respectueuse.

Elle est en plein essor au Québec.

Renseignez-vous!

Il est avantageux de la découvrir et de la connaître.

Source: Tous ces textes sont tirés de La zoothérapie, sous tous ses poils, dont les auteurs sont Marie-Ève Bernier, Nathalie Beaudin, Maryse Perreault, Joannie Bouliane-Blais, Caroline Charron-Laporte, 2011 – Tous droits réservés ©

Podcast : Comment la zoothérapie vient en soutien au langage !

48039939_10156812796539659_2094085827142352896_n.jpg

C’est avec grand plaisir, toujours, que je collabore avec la clinique La boite à Paroles à titre de zoothérapeute clinique et en plus de nous offrir bon nombre de matériel gratuit et ressources toujours aussi précieuses, Stéphanie y tient également un podcast.

J’ai eu la chance de discuter de l’application de la zoothérapie, en soutien au langage, son développement, les clientèles et les retards de langage.

Bonne écoute et merci encore Stéphanie !

Grandes nouvelles : partenariat et lancement web pour les zoothérapeutes !

collab photo zooth.jpg


ENFIN !!!! TADAM !!!!!

Je ne saurais vous dire à quel point je suis excitée et fière de vous annoncer cette collaboration de FEU !!!

Au bout du Museau, en partenariat avec Amélie G.Dupont Photographe vous offre un kit de démarrage professionnel (ou juste un update de vos photos pro et de vos partenaires) à prix riquiqui !!!

Vous obtenez 3 photos professionnelles pour 45$ 
(et 12$ pour toutes photos désirées supplémentaires).

Elle a généreusement acceptée ce deal incroyable parce qu'elle l'est, incroyable, mais également dans l'optique d'aider au démarrage de leur profession, les zoothérapeutes !

Vous dire comment se partenariat me tenait à coeur...well..c'est fait là !

Je suis fière pis tellllement admirative de son immense talent ! Je vous mets quelques exemples de ses captures...vous serez charmés je vous l'assure ! Certains l'ont déjà fait, mais allez jeter un oeil à ses comptes...c'est divin !

La 1ère journée ouverte pour ces shoots sera le 27 février 2019.

20 places uniquement sont disponibles à Montréal, pour cette première journée, je prendrai les réservations donc au premier arrivé premier servi.

Yeah !!!! Heureuse d'offrir un peu plus pour mes chers zoothérapeutes et futurs zoothérapeutes !! 


*vous trouverez tellement plus de belles inspirations en allant visiter sa page FB !



🎉🎉 rouuuuuulement de tambours.....🎉🎉

48368250_10156804356469659_3104509761501003776_n.jpg

Au bout du Museau est (pas peu) fière d'annoncer qu'elle offre désormais le service de création de site internet pour ses étudiants en démarrage d'entreprise à prix tout doux !!!

Hébergé sur Squarespace, avec une qualité hors du commun, il vous est possible d'être en fonction dès maintenant !!

Comme je n'ai que 24h dans une journée (je sais !!) vous comprendrai que je ne peux accepter toutes les demandes.

Pour 250$ vous aurez votre site web professionnel, il ne vous suffit que d'avoir vos photos et vos textes.

Perdus ? On va régler ça aussi !

Stressez pas !!!

Pour références, vous pouvez voir mon site internet www.auboutdumuseau.com ou encore celui de la ferme www.fermedadado.com

Vous pouvez me contacter en privé si vous avez des questions précises

Pis oui...le Ebook est en correction ahaha (oui ceux qui savent, le deal photographe et site web allaient avec le Ebook mais jsuis impatiente !)

So...enjoy !! (En passant, n'acceptez pas de payer 2000$ pour un site !!) mais référez-vous à un bon graphiste pour votre logo...ne bricolez pas par pitié !!

Capsule web ; l'histoire complète de ma p'tite cocotte!

Vous avez été quelques-unes à me demander détails et questions suite à l’histoire brièvement racontée pendant la capsule web, Parle-moi d’ça. Avec grand plaisir et avec tout autant d’émotion, la voici plus en détails… une histoire bien personnelle et chère pour moi... Magnolia. 

Mise en adoption dès sa naissance, elle dut attendre jusqu'à ses 2 ans avant de trouver une famille pour l'accueillir. J'ai rencontré Magnolia alors que dès son arrivée, les parents avaient compris toutes les lacunes que cette petite a pu avoir au fil des mois à l’orphelinat. Elle ne supportait aucun vêtement, pas de couche, refusait d’être prise, ne dormait pas, était ultra anxieuse, tolérait très peu les bruits, le bain, les repas étaient difficiles, elle ne semblait pas démontrer d’intérêt aux échanges ou à la communication et était effrayée par les objets de la vie courante. Elle était donc évaluée et suivie en ergothérapie et venait en zoothérapie-orthophonie à ma clinique pour combler ses retards.

N'ayant été stimulée d’aucune façon, beaucoup de défis attendaient Magnolia. 

Pendant les premiers mois d'intervention, chaque semaine, elle refusait de me regarder, de participer aux jeux, de regarder les animaux présents, se tenait à l’écart dans la salle d’intervention ou sinon, sur papa et maman, assis au sol. Ses parents, attentifs et dévoués, jouaient alors avec nous, pour lui montrer qu'elle ne courait aucun danger.

Rien n'y faisait. Les premiers mois, elle refusait même de regarder les jeux ou l’animal. Malgré la participation des parents. Ensuite sont venus les coups d’oeil inquiets, mais aucune interaction, et refus catégorique lors de nos invitations.  

Avec patience et amour, constance et et bienveillance... j'ai réussi à gagner sa confiance. 

Au bout de près d’un an et demi, Magnolia arrivait en intervention en courant, elle riait aux éclats, roulait au sol avec mes partenaires d'intervention. Elle rattrapait ses retards, parlait sans cesse, faisait ses propres choix, se déguisait (vous auriez dû la voir arriver, toute fière, avec son tutu de ballet… elle ne l’enlevait plus!). Elle était devenue une petite radieuse et coquine.

 
La voici ici, en activité récompense des efforts de toute l’année, avec nos cocos de la clinique, en équitation thérapeutique!


Puis, est venu le moment de la séparation. Magnolia n'avait plus besoin de venir en intervention... J'ai réellement aimé d'amour cette petite, heureuse de la savoir où elle devait être, je ne pouvais m'empêcher de regretter son départ. 

Puis d'autres cocos ont eu besoin de mes services... et la vie continue. Puis un matin, j'ai reçu un courriel. Le cœur n’a fait qu’un tour… sa maman me donnait des nouvelles, à moi et à 2 autres ergothérapeutes qui ont évolué avec Magnolia... Presque deux ans plus tard!!! Je vous colle ici ses mots : 



Bonjour à vous toutes,

Dans quelques jours Magnolia débutera la maternelle. Depuis, les quatre dernières années, vous avez toutes permises à Magnolia de développer ses capacités, de puiser dans ses ressources personnelles et de se construire une bonne estime d'elle-même.

Certaines parmi vous ont côtoyé Magnolia alors qu'elle était anxieuse et qu'elle se méfiait des gens. 

Vous avez cru en ses capacités et lui avez donné des outils lui permettant d'aller au delà de ses obstacles. À travers vos interventions et vos connaissances, elle s’est épanouie. 

Aujourd'hui, elle intégrera le milieu scolaire avec assurance mais surtout avec le désir d'apprendre et de faire confiance à l'adulte.

Pour chacune qui recevrez ce message, nous vous remercions et souhaitons qu'il y ait encore plusieurs enfants qui puissent bénéficier de vos compétences et de votre professionnalisme.

Continuez à tendre la main à ces petits rayons de soleil qui seront notre société de demain.

Je suis encore très émue au moment de relire ce message. Ne sous-estimez jamais l'importance de chaque petit geste en intervention, l'impact que la zoothérapie peut avoir est phénoménale... Je suis très fière de vous la présenter :

Voici la grande Magnolia!

23319218_1626874637401613_1815679890323859294_n.jpg

Si vous ne l’avez pas vu passer, voici la capsule en question

Zoothérapeutiquement vôtre!

Le hérisson en zoothérapie

liudmyla-denysiuk-779689-unsplash.jpg

 

Si vous avez la grande chance d’avoir au sein de votre équipe de partenaires de zoothérapie (bref de votre famille) un hérisson, une hérissonne ou encore mieux, un choupisson (oui oui, c’est le nouveau mot accepté depuis 2009 pour un bébé hérisson!!!), vous savez combien ces petites boules sont affectueuses et ne demandent qu’à être avec nous.

Pour bon nombre de clientèles, le hérisson peut être une super belle opportunité d’apprendre la douceur (!!!), de refléter l’expression des émotions, les rituels de bain et les soins personnels, etc.

Avec leur look particulier et leur tendance à facilement se faire comprendre (!!!), le hérisson reste assez peu connu, et pas qu’en zoothérapie. L’effet est incontestable chaque fois.

Les plus jeunes crient « Oh, un porc-épic », les adultes se distancient d'un pied ou deux… hahaha. Dès que je me mets à caresser la belle Nishka et qu’ils voient à quel point elle est dynamique et sympathique, les craintes s’estompent. Ça m’amuse toujours autant!

D’ailleurs, la voici la belle Nishka, à la sortie de quelques longueurs de piscine (à hérisson). Deuxième de la famille, j’ai eu précédemment Babine qui était réellement un partenaire d’intervention d’exception pendant de nombreuses années!

Si vous n’êtes pas familiers avec cet animal, je vous conseille vivement de vous renseigner avant de prendre la décision d’en adopter un. Je ne vous ferai pas un cours magistral, vous trouverez bien les infos ainsi qu’un éleveur éthique ou un refuge vers qui vous tourner.

Également, je vous conseille de parler avec d’autres zoothérapeutes qui font des interventions avec des hérissons pour avoir plus d’idées. Je ne vous présente ici que mes activités coup de cœur, mais les possibilités sont infinies!


J’ai, bien entendu, toute un panoplie d'accessoires de hérisson que j’amène lors de ces interventions. Également, ce genre de pochon plait beaucoup à ma Nishka. Elle n’aime pas ceux en ratine ou en polar, alors j’ai quelques exemplaires comme celui-ci.




J’ai régulièrement la demande, alors je vous mets l’exemple juste ici : la piscine à hérisson est un bain de bébé. Le plus standard. Vous en trouverez facilement dans les friperies et magasins seconde main. Par pitié, n’achetez pas ça neuf! Vous trouverez également différents formats. 3 pouces d’eau suffisent pour que votre hérisson puisse nager aisément.


Comme le hérisson, de prime-abord, semble souvent fâché ou apeuré (avec les sons qu’il pousse en tant que proie, lors des premières manipulations), le volet expression des émotions nous vient en tête rapidement. Excellente entrée en matière, comment la personne exprime ses émotions, quelle est l’émotion la plus souvent présente lors de ses journées, en ce moment, etc.

Voici deux idées d’intervention différentes des cocos émotions, ou plus traditionnellement, les pictos. D’abord, les boules d’émotions :




 Voici le lien pour les confectionner maison étape par étape, facile avec retailles de tissus et du riz.

À la base, cette maman a créé ces petits personnages pour aider sa fille à vivre avec son anxiété. J’ai adapté le concept en proposant plusieurs modèles, laissant libre cours au jeune d’associer l’émotion sur laquelle on travaille lors de cette journée : comment se sent-il aujourd’hui? Il prend le personnage qui lui parle, dans son ici-maintenant (!!!). Les autres seront les compagnons de Nishka pendant notre moment thérapeutique.

Ils servent également à recréer une situation problématique qui vient de survenir et sur laquelle nous devons faire de la rétro-action. Il se choisit comme personnage principal, les autres étant les amis dans le conflit, etc. Excellent également pour supporter l’invention d’histoires fantastiques, canaliser des peurs ou comme le but premier, à glisser dans sa poche pour se grounder pendant la journée, entre nos interventions.

Les plus grands apprécient de participer dans la confection : choisir eux-mêmes les tissus, etc.


Reproduction d’émotions ou associations d’émotions

Je fais cette activité avec tous les animaux de mon équipe pratiquement. Vous avez vu passer les superbes photos avec les minis chevaux cet été, d’ailleurs. Les patients adorent créer ces expressions émotives, et surtout, le processus de la prise de photos. Consignes complexes, séquences de production, patience, douceur et bien sûr, association d’émotions (moi je me sens de telle façon lorsque…).

Puisque chaque partenaire a également son caractère et ses préférences, le jeune retiendra que Nishka n’aime pas X genre de manipulations, alors que Simone, ma lapine, adore X autres. Belle possibilité de généralisation et associations! Comme toutes activités, assurez-vous d’avoir désensibilisé votre partenaire avant de le réaliser en intervention. Toujours.

Travailler les praxies bucco-faciales et les muscles du visage (langage et dyspraxie verbale)


Mes cocos avec qui je fais des interventions en langage doivent travailler beaucoup beaucoup sur les praxies et les muscles de la bouche, le souffle, etc. pour améliorer la prononciation et la phonologie. Vous savez déjà que j’aime beaucoup travailler avec les plumes, les billes, les boules de styromousse et varier le matériel. Ce labyrinthe est génial à faire grand format, au sol, car le hérisson est un grand marcheur naturel. J’ajoute la bombe chronomètre pour ajouter du challenge.

Le jeune doit souffler la balle de ping-pong en suivant les corridors du labyrinthe et arriver à la fin avant que le hérisson (qui trichera) n’arrive avant lui (attraper sa gâterie qui l’attend et l’attire).

Succès garanti et même pas l’impression de travailler! On pourrait faire le même exercice sur une table, mais assurez-vous de sécuriser les contours pour ne pas que votre hérisson tombe ou que la balle ne s’égare.



Merci à Rachel Wartley pour la photo

Merci à Rachel Wartley pour la photo


Le grand théâtre

Sérieusement, je crois que ça fait plus de 7 ans que j’utilise cette activité ; les possibilités sont réellement infinies!!! Cependant, ici le modèle est en carton (merci Estéfi Machado pour les photos et le magnifique garçon!). J’ai peaufiné le mien en prenant une caisse de pommes antique, duquel j’ai retiré le fond. Solide et magnifique, je n’ai pas peur de le trimbaler partout! Un voile blanc est fixé pour laisser passer la lumière du jour (pour ne pas devoir courir à trouver un spot et la lumière du cellulaire, c’est pas génial), et j’ai ajouté des rideaux de chaque coté, pour la finition!



Pour le jeu symbolique, alors là!!! Autant pour les touts-petits que pour les plus grands avec TSA, trisomie, déficience, adulte apraxie… c’est du tonnerre! Facilement manipulable, les aiguilles du hérisson se voient hyper bien et vous pouvez ajouter les personnages désirés avec un peu de carton et une baguette à brochette en bois.

Les patients créent avec vous l’histoire, ajoutent des détails, ou racontent eux-même leur journée, leur weekend, résolvent un problème personnel… infini je vous dit!

Avec un peu de nourriture à l’intérieur du théâtre, votre hérisson y verra là un nouveau coin de repos. Bon, et quelques doudous et des jouets préférés.

Moment de retour au calme et motricité fine

J’aime beaucoup, en fin d’intervention ou pendant que le hérisson prend une pause (ou se sèche), proposer une activité calme. Ici, calme et amusante, un hérisson pour la maison.

Le premier modèle réalisé à l’aide d’une fourchette et d’un peu de peinture, 2e modèle si vous disposez de plus de temps, épingles à linge, carton et gouache et le tour est joué! On peut toujours travailler les séquences de réalisation, les consignes simples ou complexes, les notions de couleurs, d’organisation spatiale et tellement plus encore!



Le hérisson est un excellent partenaire d’intervention, pour peu que vous l’ayez entrainé, désensibilisé et que vous respectiez ses horaires et besoins. Il offre de magnifiques opportunités, tant pour l’expression des émotions que pour tout le coté sensoriel. Si vous ne me suivez pas encore sur Pinterest, je vous mets le lien de mon compte juste ici. Vous me trouverez facilement, voici mon icône. J’ajoute chaque semaine, dans mon tableau zoothérapie, pléthore d’idées et de sources d’inspiration pour que les interventions soient toujours plus riches et diversifiées.

pincode_359373382673788407.png

auboutdumuseau

Le plus difficile ensuite et ça, selon tous zoothérapeutes, même après bon nombre d’années d’exercice du métier, c’est d’adapter ces idées à la zoothérapie.

Vous aimez ce genre de contenu? Je vous prépare d’autres articles d’inspiration avec d’autres animaux pendant l’année! N’hésitez pas à faire vos demandes!

Je vous laisse avec une superbe photo prise par La Presse l’an dernier lorsque je faisais de la zoothérapie à l’UQAM et que la belle Nishka se prélassait dans son bain!

Zoothérapeutiquement vôtre!

La presse 3.png

Les Troubles graves d'attachement; l'indisponibilité mentale et émotive



Depuis les dernières années, j’évolue avec ma pratique en zoothérapie auprès des jeunes ayant, entre autres, un diagnostic de troubles graves d’attachement. Ce qui, comme vous le savez, représente de réels et quantifiables problèmes dans le développement du jeune et ce, pour le reste de sa vie. Voici :

La capacité d’établir un lien sélectif avec une figure d’attachement est reconnue comme un facteur décisif dans le développement normal, puisque l’échec à former un tel lien dans la petite enfance est associé à des troubles permanents, et en dépit des traitements, difficilement réversibles de la socialisation. En effet, l’enfant qui n’a pu bénéficier dans les premières années de vie d’une présence maternelle apte à favoriser l’apparition de liens d’attachement (soit en raison de ruptures répétées ou encore de l’incapacité de la figure maternelle à être sensible à ses besoins) risque de se détourner peu à peu de la relation pour devenir complètement détaché.

Rutter 1979 (voir Steinhauer, 1996) soutient que l’échec à former un lien sélectif durant la première enfance entraîne plus tard toute une série de comportements sociaux inadéquats. Pour lui, l’incapacité à établir un lien sélectif dans la première enfance compromet sérieusement l’adaptation sociale de l’enfant, ce handicap ne pouvant être entièrement surmonté plus tard par le placement de l’enfant dans un environnement plus favorable.

En 1995, Rutter précise que plus la période passée sans substitut maternel stable et adéquat est longue, plus les possibilités de rattrapage sont limitées. En effet, l’enfant, au lieu de former de nouveaux liens d’attachement, se détourne peu à peu de la relation pour réinvestir en lui-même l’amour d’abord destiné aux figures parentales. Tout se passe comme s’il avait abandonné l’idée qu’on puisse répondre à ses besoins. Il se montre peu disposé à aimer et à se laisser aimer, se liant plutôt de façon superficielle aux adultes, qui deviennent facilement interchangeables à ses yeux.

Selon Steinhauer (1996), un enfant qui n’aurait pas développé avant deux ans sa capacité d’attachement conservera de graves séquelles, tant au plan social que cognitif. En effet, ce dernier prétend que c’est afin de maintenir ses liens à la figure maternelle, que l’enfant parvient à abandonner des comportements non désirables socialement mais qui lui procurent du plaisir.

Loeber (1991, voir Holland et al., 1993) affirme aussi qu’il existe une période critique durant l’enfance, qui assure l’apprentissage d’habiletés sociales et que des situations de déprivation durant cette période, par des événements comme la séparation d’avec la mère, la succession des figures maternelles et la pauvre qualité des soins, préfigurent des comportements antisociaux ultérieurs.

*Pour lire en intégralité sur les troubles d’attachement, voici le lien juste ici.



23130713_10155794959739659_3912963583914333033_n.jpg

Lors des interventions, il pourrait être aisé d’être personnellement atteint ou déstabilisé par l’apparente indisponibilité du jeune devant soi. Désintérêt, mentalement occupé, agitation moteur, fuite de réels contacts signifiants (la liste pourrait être longue).

Sachant leurs défis et lacunes, on le comprend mais rationnellement. Puis, je suis tombée sur cet article (posté sur Bored Panda) racontant la réalité qu’a vécue Dawson (auteur californien) : comment, dans sa vie, sa personnalité et sa réalité ont été formatées à cause de ces troubles et des répercussions de vivre avec des parents mentalement instables, puis d’accuser des troubles d’attachement. Je vous le partage en traduction libre.



Je vous présente Dawson

Je vous présente Dawson


Ce que j’ai d’abord appris, en tant que survivant à des parents/à une famille dysfonctionnelle, c’est que personne de ton entourage ne pourra concevoir ou même entrevoir tout ce à travers quoi tu as dû passer.

Non, ton ami n’a sans doute pas remarqué qu’il t’a coupé 3 fois dans la même conversation,

non ton frère n’a pas eu conscience que sa musique était trop forte pendant que tu essayais d’étudier,

non ton meilleur ami ou amoureux ne se rappellera pas que tu es dans un moment intense ou que tu fais face à des deadlines,

non, personne d’autre que toi n’a conscience des dynamiques de power trip qui opèrent dans votre groupe d’amis.

Une habitude qu’ont les jeunes ayant grandi dans ce genre d’environnement nocif et instable est la tendance à relever les moindres détails. Être en état d’alerte et de veille constante. La moindre nuance de changement dans l’énergie, dans le ton des mots, prennent des proportions plus grandes, car une réalité demeure : ce genre de signaux est toujours précurseur de crises et de débalancements.

Savoir lire l’énergie d’une pièce, gérer les changements d’humeur, percevoir l’ironie qui mène aux dangers futurs… ce sont des signaux normaux qu’un jeune qui a grandi depuis son plus jeune âge avec des troubles d’attachement, avec des parents mentalement instables, a appris à analyser en tout temps. Tout le temps.


mentally-unstable-parent-children-family-geekdawson-5b92373f9cda0__700.jpg

La réalité est que, la plupart des gens ne font pas toutes ces analyses et perpétuelles remises à niveau du soi versus l’entourage immédiat. Je ne dis pas non plus que tous ceux qui ont cette réalité le font, mais ce genre de comportement est souvent le résultat d’abus.

J’ai une règle ; je ne réponds pas aux sous-textes, aux sous-messages. Ce qui inclut les tentatives de culpabilisation, le traitement de silence isolant, les traitements passifs-agressifs, etc. Je les vois, je les remarque, je dois aussi parfois les analyser, prendre une grande respiration et choisir de ne pas répondre. Parce que, ou bien c’est une réalité, ou bien c’est moi qui sur-analyse et qui donne une signification à quelque chose qui n’en a pas. L’habitude que j’ai à donner crédit à des détails qui pourraient mener à un éventuel danger pour moi, est toxique.

Et dangereux pour mes relations.

La meilleure chose que j’ai pu faire pour moi et pour mes relations est d’insister sur l’importance d’une réelle communication, honnête, en refusant catégoriquement les sous-textes.

Pour certains, cela relève d’un code moral ; pour les jeunes survivants aux troubles d’attachement ou à des parents mentalement instables, c’est une exigence pour rendre possible la guérison.

_____________________________

Ce témoignage m’a réellement touché, sur plusieurs niveaux. D’abord parce que je peux mettre des visages bien connus de jeunes qui pourraient/doivent être dans cette réalité. Ensuite, parce que ça explique l’indisponibilité mentale et émotive de certains autres. Bâtir une relation saine et sécuritaire, pour beaucoup d’entre eux, il n’en sera jamais question.

Pas par choix.

Par impossibilité.

J’aurai beau y mettre tout mon cœur et mon âme, les bases sont si abîmées, absentes et saccagées que jamais je ne pourrai m’attendre à les y rejoindre.

Mais.

J’espère pouvoir leur démontrer que certains adultes peuvent être bienveillants, supportants, présents, sans rien demander. Qu’ils peuvent faire confiance à leur instinct et à leur intuition, qu’ils ont le droit de faire des mauvais choix, que ce n’est pas grave. Qu’un adulte peut être là, tout près, sans rien attendre d’eux, qu’ils peuvent être acceptés même dans leurs manifestations plus sombres de leur détresse.

Je l’ai souvent dit, évoluer avec ces jeunes qui ont le mont Everest devant eux chaque jour et Hiroshima dans le coeur, c’est sans aucun doute la chose la plus difficile que j’ai eu à faire en dix ans de pratique.

Avec leur façon de se protéger, leur manière de t’accepter de coté… Les voir se battre intérieurement entre leur besoin de socialiser et de créer des liens, et leurs défenses qui remontent… ça bouleverse.

Ça bouleverse fort et pour la vie.

Comme pour eux.

austin-ban-14522.jpg

Je vous laisse juste ici sont fil tumblr qui est touchant et sensible. Il y partage sa réalité et quelques vers de poésie bien sentie. J’espère que mes cocos actuels pourront trouver, eux aussi, une voie pour canaliser…

Zoothérapeutiquement vôtre!

Comment micro-graduer nos objectifs d'interventions et quelques idées

Comment micro-graduer nos objectifs d'intervention et quelques idées! 

micro-graduer.jpg

Suite aux évaluations d'orthophonie, en ergothérapie ou de neuro-psychiatre, il nous revient de proposer la prise en charge thérapeutique en zoothérapie sur le long terme, basée sur les résultats et recommandations des autres professionnels. L'atteinte des buts sur le long terme est bien souvent assez évidente à concevoir. Cependant, micro-graduer ces grands objectifs est parfois chose moins aisée.

Je propose de vous donner quelques exemples de micro-graduation de grands objectifs, pour vous assurer que votre patient est en situation de réussite, que chaque étape respectera le niveau de difficulté attendu, que les compétences pré-requises nécessaires à l'atteinte des objectifs sont acquises, puis cela vous permettra d'amener votre patient à l'atteinte du grand objectif sélectionné. 

 

frank-mckenna-595004-unsplash.jpg

Enfant de 4 ans et demi, objectif : augmenter le nombre de mots du vocabulaire et allonger les phrases. 

Vous devez savoir qu'un enfant de cet âge devrait (en moyenne) avoir un vocabulaire d'environ 2000 mots et en général, savoir faire des phrases à 5-6 mots.  Vous pouvez donc vous attendre à avoir devant vous un enfant dont les phrases sont plus courtes et dont les même mots sont souvent ré-utilisés, avec un nombre assez pauvre de qualificatifs. Il vous faudra d'abord valider le nombre de mots que contiennent ses phrases courantes, en spontané. 

De simples activités de routines vous permettent aisément de vérifier le tout. Aidés de support visuel, en bout de parcours (par exemple à la sortir du tunnel avec le chien), faites piger un picto dans le sac à dos du chien.

Une belle pomme rouge dans une boite bleue.

Demandez à l'enfant de vous décrire ce qu'il voit. Réponse : une pomme rouge ou une pomme et une boite.

En demandant d'ajouter plus de détails (et en donnant un exemple verbal de ce qui est attendu), ici par exemple : une pomme rouge, petite, dans une grosse boite bleue (ok, ça fait beaucoup là!). Pour chaque ajout de qualificatif, l'enfant pourra lancer la balle au chien ou ajouter le nombre de gâteries à donner selon le nombre de réponses données. Stimulante et amusante, cette méthode fonctionne très rapidement. 

Également, si la connaissance de ces mots est peut-être en cause, vous pouvez suggérer quelques réponses possibles et l'enfant choisit celle qu'il préfère. Sachez que pour cette âge, il est normal que les mots avec gr, tr, pl, cl (contraction de consonnes) soient encore difficiles. Concentrez-vous sur l'objectif qui est ici d’augmenter le vocabulaire et le nombre de mots dans les phrases. Vous devrez peut-être valider ses connaissances des concepts comme petit/grand, rond, long, les couleurs, les formes, etc. Ce sont des connaissances essentielles à acquérir avant de jouer avec elles dans des phrases. 

Autre truc qui fonctionne hyper bien : donner en visuel le nombre de réponses attendues des descriptions à faire. Je m'explique…

 

abdm nbr de mots.jpg

Le picto choisi va dans l'encadré au haut du carton. Toujours mon exemple de pomme rouge dans une boite bleue. Les ronds noirs sont le nombre de réponses demandées pour la construction de la phrase. L'enfant pousse/touche chaque rond noir lorsqu'il dit les mots de sa phrase, ou encore y dépose une gâterie pour l'animal présent (ou un morceau de salade, etc). J'ai fait imprimer ce carton en hyper grand et je l’ai collé au mur ; ça rend le tout encore plus ludique et ça permet de bouger encore plus.  

En micro-graduant avec les concepts dedans/dessus, gros/petit vous vous assurez que l'enfant maîtrise bien ces notions pour les utiliser ensuite dans des phrases plus longues, et en augmentant le nombre de réponses attendues dans la phrase à construire, vous vous assurez que l'enfant augmente la longueur de ses phrases en devant utiliser plus de mots de vocabulaire. En variant les pictos, en ajoutant des images/objets inconnus, l'enfant développera de nouveaux mots. 

 

 

 

 

shutterstock_149745749.png

Enfant avec une trisomie 21, objectifs :  motricité globale et fine

Parce que les enfants atteints d'une trisomie ont souvent de gros défis liés à la motricité globale et fine (souvent les mains et les doigts plus courts), il n'est pas rare de les voir arriver avec ces objectifs travaillés en ergothérapie. Il sera intéressant de poursuivre ces objectifs en zoothérapie. Bien que la plupart de nos interventions travaillent d'hors et déjà la motricité globale, une attention particulière devra être portée pour la trisomie 21. Reportez-vous à l'évaluation d'ergothérapie pour savoir où se situe l'enfant dans son développement, pour bien cibler ou amorcer le travail selon ses capacités actuelles et selon ce que l'ergothérapeute a jugé prioritaire au dossier. 

Il sera important de porter une grande attention à la sécurité de l'enfant, tant dans les manipulations des animaux que lors des parcours, puisqu'ils ont une diminution importante dans leur traitement sensoriel à leur environnement, ce qui peut les mettre en situations de danger ou de maladresse importantes. Gardez en tête lors de vos planifications d'intervention, que chaque activité doit inclure du sensoriel, du moteur et du développement cognitif. 

 

Parcours multi-multi

Ce n'est pas tous les zoothérapeutes qui possèdent ce genre de matériel, mais si vous désirez vous orienter vers cette clientèle, il sera nécessaire, à mon humble avis. Je vous présente quelques outils que j'intègre dans mon parcours multi-multi et leur usage. 

 

 

Coquilles d'équilibre Bilibo, les pierres de rivière, le hérisson d'équilibre, différents élastiques de résistance, différentes plaques tactiles, petits et grands tunnels avec couleurs et textures différentes, trampoline, grosse pince pour ramasser des balles ou autres objets, etc. 

 

Entre chaque étape du parcours, je demande à l'enfant (qui est aidé par des images) soit de produire ou de reproduire un son, d'imiter un mouvement, de pairer deux images qui ont un lien entre elles, de faire X nombre de sauts, plus loin, de faire des sauts sur un seul pied, ou de se faire tourner dans la coquille d'équilibre X nombre de fois.

Les grosses pinces, souvent en forme d'animaux, permettent de renforcer les muscles des mains et du pouce, et rend le transport de balles ou d'objets plus ludique. Peu importe l'animal choisi, vous trouverez comment l'intégrer dans ce genre de parcours. Je mets également parfois un court extrait de musique pendant lequel l’enfant va faire des bisous au lapin qui, pendant le temps de notre parcours au sol, fait lui aussi son parcours sur la table ou en parallèle. 

Ou parfois c'est le lapin qui, faisant son propre parcours, nous indique par quelle étape commencer. Bien entendu, vous devez avoir désensibilisé votre chien avant de lui faire faire ce genre de parcours. J'aime également intégrer quelques instruments de musique dans un bac lors d'une des étapes, et rouler des dés pour savoir combien de coups de tambour il faut donner avant de passer à la prochaine étape. X coups de tambour ; X caresses au chien pour l'encourager à poursuivre lui aussi. 

 

Lorsque vous devez graduer ce genre de parcours, pensez à commencer par une seule de ces sections, à bien présenter ce que l'objet du parcours peut offrir comme possibilités. Laissez l'enfant explorer avec l'objet également, vous pourriez être surpris de leur grande créativité. Conseil : assurez-vous que les objets tiennent bien en place, selon l'âge du petit. Ils auront tendance à voler de part et d'autres si vous ne vous en êtes pas assuré auparavant. Toujours penser à la sécurité de votre animal. 

Ensuite, lorsque les apprentissages des diverses étapes du parcours multi-multi seront acquis, il sera possible de permettre à l'enfant de choisir lui-même l'ordre du parcours, ou quelle partie il souhaite faire en activité récompense. Les tableaux de communication s'y prêtent également très bien, les ergothérapeutes ayant déjà mis les pictos de bon nombre de ce genre d'activités.  

Comme ce genre de parcours est exigeant pour l'enfant, au départ, pensez à mettre des défis que l'enfant pourra aisément réaliser entre les sections du parcours. Lorsque vous augmentez la difficulté des défis à faire, pensez à garder le parcours connu. Lorsque les défis seront plus faciles pour lui, vous pourrez augmenter la demande sensorielle et motrice du parcours. 

 

 

helena-lopes-483429-unsplash.jpg

 

Jeune, 9 ans, objectifs : organisation spatiale, consignes complexes et compétences visuelles perceptuelles

Des images de chat sont installées au mur, nous intervenons avec Mimi mon chat. Des images telles que : Mimi à la fenêtre, sur son tapis, avec son jouet de souris et avec un bébé chat toutou. Des objets connus du jeune, il les a déjà vus en intervention. 

Ces images sont grand format et collées au mur, et l’enfant, aidé d'un pointeur, devra les pointer dans l'ordre de la séquence que je lui demande. 

Les séquences/défis sont représentés comme suit, voir l'image. 

chat séquence visuelle.jpg

 

En sautant sur le mini trampoline, il doit mémoriser la séquence visuelle demandée, retenir ce qui vient en  #1, en #2, etc. Il devra les pointer dans le bon ordre. Le chat devra écouter et taper l'image pointée. Je m'assure de gérer le clicker pour indiquer à Mimi que c'est ce que je demandais (le jeune en a déjà plein son assiette avec cela!). 

Comme ce défi représente beaucoup de travail en une exécution, pensez à le faire sans le trampoline au départ. Vous pourrez l'ajouter lorsque le jeune aura maîtrisé l'étape précédente. Également, 4 étapes, c’est très complexe… essayez avec 2 au début. Faites plusieurs mélanges d'images. 

 

Le jeune doit développer une méthode de balayage visuel pour parvenir à être efficace et ordonné dans sa recherche visuelle de réponses. Essentielle en scolaire. Développez également la discrimination visuelle. Donnez-lui une méthode simple, toujours faire un tour complet sur soi, de sorte à voir tous les murs pour s'assurer de voir toutes les images collées au mur. 

Être capable de suivre des consignes verbales complexes, pour le diriger dans son organisation spatiale, peut également être un grand défi. Si vous donnez comme consigne de pointer en séquence (comme l'image et exemple précédents), ne donnez pas de consignes verbales en plus!  Cela rendrait le défi trop difficile. C'est un défi complexe de séquence ou un défi complexe en verbal, pas les deux, ou du moins, pas au début. 

 

Pour la mémoire séquentielle, vous pouvez observer longuement les images que vous collerez au mur, les poser en ordre sur la table ou au sol, et le jeune doit les mémoriser, de sorte que si vous en retirez une, il saura s'il s'agit du chat à la fenêtre ou du chat avec son toutou. Il sera plus facile par la suite, une fois les images au mur, de mémoriser des séquences à plusieurs localités dans l'espace. Toujours penser à prendre 2-3 images au départ, pas plus.   

 

isabela-kronemberger-600225-unsplash.jpg

 

En résumé, bien connaître les acquis nécessaires à l'accomplissement d'une tâche rendra vos interventions profitables. Vous saurez déjà ce que le jeune a besoin de savoir pour passer à l'étape suivante. Ce n'est pas acquis? Parfait! Vous savez ce sur quoi il faut plancher en premier lieu. Il n'y a pas de petites victoires. 

Également, vivez l'espace au complet, utilisez les murs, le mobilier, les dessous de table, les fenêtres pour permettre au jeune de réellement s'amuser et de comprendre totalement son environnement, ainsi que de généraliser les apprentissages, c'est la clef! 

N'oubliez pas, dans vos grands élans de créativité et d'excitation (je connais le feeling, mettons!) de toujours faire un travail en amont avec votre animal, partenaire d'intervention. La désensibilisation ne s'arrête pas à l'adolescence de votre animal, non! C'est un travail de chaque jour.  

J'en parle souvent, c'est aussi valable pour les objectifs que pour vous, les baby steps ont réponse à tout. Toujours vous demander, est-ce la plus petite étape suivante? Vous pourrez valoriser chaque victoires, les renfos auront l’effet de motiver et d’encourager votre jeune et les étapes suivantes seront vues comme positives et non plus comme un défi insurmontable. 

Bonne planification de vos objectifs, j'espère que ces quelques exemples ont pu vous être utiles! N'hésitez pas si vous bloquez sur un objectif, écrivez-moi et nous tenterons de brainstormer ensemble! 

Zoothérapeutiquement vôtre!